Le Match :

Paul Millsap avait signalé que le premier match de playoffs n’était pas du basket mais de la MMA. Le deuxième a confirmé l’impression de combat laissée par les deux équipes de la division Sud de la Conférence Est.

La rencontre commence sur une intensité inégalable. Les équipes se rendent, littéralement, coup pour coup. Dans les cinq premières minutes, Washington prend 4 fautes et 1 technique. Mais avec ça, Atlanta n’est pas adroite et n’arrive pas à prendre de l’avance. A l’inverse, les Wizards arrosent à tout va grâce notamment à Bradley Beal et John Wall (63 points en cumulés). Mais Atlanta va resserrer petit à petit sa défense et revient au fur et à mesure.

Dans le deuxième quart-temps, l’adresse des Hawks est une nouvelle fois préjudiciable et les empêche de prendre réellement la mesure de leurs adversaires. Un cinglant 0 sur 9 à trois points sur l’ensemble de la première mi-temps est un frein à l’attaque d’Atlanta qui ne semble fonctionner que grâce à Schroder (23 points, 6 passes).

Le troisième quart-temps démontrera toute la mesure guerrière de ce match. Atlanta se retrouve constamment sur la ligne des lancers francs et recolle avec Washington, a tel point que cette situation en devenait risible (33/38 lancer francs pour ATL). Ils vont avoir même le culot de passer devant et de prendre quelques points d’avance. 35 – 23 pour les Hawks dans ce quart-temps.

Mais le quatrième est tout autre, Atlanta continue sur la stratégie de provoquer la faute, mais les arbitres ne mordent pas cette fois-ci. Bien emmené par un John Wall en feu, les Wizards s’assurent logiquement un match où Atlanta n’a pu relever la tête que grâce aux fautes adverses. Il semble y avoir de l’eau dans le gaz de la franchise de Georgie.

© NBA / Getty Image
Le Joueur :

Difficile de retrouver un autre joueur aussi actif sur le terrain que lui ce soir. John Wall, une nouvelle fois resplendissant, à porter Washington sur ces épaules et lui apporte un deuxième succès dans ces playoffs. Précis dans la transition et revanchard dans son duel face à Dennis Schroder, le meneur des Wizards termine le match avec 23 points, 9 passes et 5 rebonds.


Le Match :

Deuxième match dans le duel fratricide qui oppose James Harden à Russel Westbrook en playoffs. Malgré un Thunder chaud bouillant, les Rockets reprennent le contrôle du match en toute fin de rencontre et concluent avec panache.

Houston est surpris d’entrée par les joueurs d’Oklahoma City qui commencent bien leurs matchs. Ils prennent rapidement le contrôle du ballon et se montrent très adroit au tir. Le rythme imposé par les camarades de Westbrook semble faire vaciller des Rockets qui ne s’attendaient surement pas à commencer la rencontre de cette manière. 35-26 pour OKC à la fin du premier quart-temps.

Le deuxième et troisième quart-temps semblent bien se dérouler pour le Thunder qui conserve un petit matelas d’avance et ne se fait que rarement inquiéter. Mais les Rockets guettent, ils attendent la moindre faille pour pouvoir s’engouffrer dans la défense de OKC. Offensivement, on s’en remet à Russel Westbrook pour faire le travail. Il faut dire que le meneur assume particulièrement son rôle de leader en playoffs puisqu’il finit le match avec un énième triple double cette saison : 51 points, 13 passes, 10 rebonds et 18 lancers francs marqués. Avec cette fiche, il devient le premier homme en NBA à avoir marqué plus de 50 avec un triple double en playoffs.

En début de quatrième quart-temps, les cartes semblent avoir été rebattu et le momentum a changé de camp pour passer chez les hommes de Mike d’Antoine. Harden apporte à son équipe l’énergie nécessaire pour grappiller du terrain sur Oklahoma City. Ils prennent l’avantage pour la première fois de la rencontre à 7 minutes du terme. Ce coup de massue sera fatal pour le Thunder qui sombre petit à petit.

Le dernier coup de collier n’y changera rien, Houston remporte le deuxième match sur le score de 115 à 111. Oklahoma pourra s’en vouloir d’avoir laissé filer un match qu’ils semblait avoir en main. Russel Westbrook a déclaré en conférence de presse, après avoir été félicité sur son jeu et ses stats de ce soir « I don’t give a f*** about the line, we lost » (Je m’en fiche des stats, nous avons perdu).

© Michael Ciaglo/Houston Chronicle
Le Joueur :

Le « Beardman » a, encore une fois, fait parler de lui. Il réalise une performance majuscule (35 points et 8 passes) et ce malgré le nouveau triple double de Russel Westbrook. Houston devra compter sur son efficacité lors des prochains matchs qui se dérouleront à Oklahoma City.


Le Match :

Nouvelle promenade de santé pour des Warriors qui semblent avoir trouver leur rythme dans la série. Malgré un Kevin Durant à nouveau absent, Golden State a joué collectif pour pouvoir venir à bout facilement de Portland.

Un premier quart-temps qui tourne court à l’avantage des Warriors. Grace à un collectif qui tourne bien, la franchise californienne s’appuie sur ses shooters longue distance comme Curry (19 points, 6 rebonds et 6 passes) ou Thompson (16 points), qui commencent bien le match, pour asseoir leur domination. 33 – 17 à la fin du premier acte et un score qui semble déjà freiner les ardeurs des Blazers.

Malgré un petit sursaut d’orgueil dans le deuxième quart, Portland n’est pas dans le rythme ce soir. Plus encore, ils ne sont pas au niveau d’un match de playoffs. Dépassés sur l’ensemble des secteurs du jeu, les titulaires sont bien loin de la démonstration du premier match. Lilliard et Mac Collum ne sont que l’ombre d’eux même (12 points, 0 passes pour le premier et 11 points pour le second en 29 minutes chacun).

Golden State déroule et ce malgré un cinq titulaires qui lui aussi ne semble pas tranchant ou en tout cas loin de leurs standards habituels. Les coachs prennent même la liberté de reposer les titulaires dans cette rencontre tant la prestation des perdants était loin du niveau attendu. Le retour à Portland devrait cependant réveiller cette équipe qui a vraiment eu un coup de moins bien ce soir.

© Getty Image
Le Joueur :

Difficile de trouver un joueur dominant ce soir, mais on peut noter la très belle rencontre de Draymond Green qui a été partout dans ce match. Tant offensivement que défensivement, le joueur de Golden State s’est montré altruiste. Il termine la rencontre avec 6 points, 12 rebonds, 10 passes et 3 contres. De bonne augure si la blessure de Durant venait à se prolonger.

Programme de la nuit : 
Indiana – Cleveland (0-2) / 01:00
Milwaukee – Toronto (1-1) / 02:00
Memphis – San Antonio (0-2) / 03:30