Le Match :

C’est désormais officiel, Cleveland est la première équipe qualifié pour les demis-finales de Conférence et ceci avec un sweep face aux Pacers. Même si le résultat n’est pas flatteur pour Indiana, le jeu proposé sur le terrain était bien plus serré.

Car un nouvelle fois, Indiana rentre bien dans son match, très bien même. La franchise de  Nate Mc Millan propose une nouvelle fois un jeu de qualité et une bonne circulation du ballon. Ils arrivent à maintenir une avance d’environ 5 points sur l’ensemble de ce premier quart-temps. De son côté, Cleveland est un gros diesel, lent à démarrer.

Il faut une belle réaction de la part du Big Three des Cavaliers pour voir Cleveland repasser devant leurs adversaires dans le deuxième quart-temps. LeBron est encore une fois percutant autant offensivement que défensivement (33 points, 10 rebonds). Un très bon Kyrie Irving (28 points) permet également aux champions NBA en titre de réaliser un troisième quart-temps de qualité qui permet à Cleveland de reprendre de l’avance et de s’engager dans le dernier quart avec 11 points d’avance.

Mais comme depuis le début de l’année, Cleveland ne serait pas cette équipe sans sa capacité quasi habituelle de se faire peur sans raison dans les dernières minutes de ses matchs. Indiana a bien joué ce jeu là, ils accélèrent au bon moment, sous l’impulsion de Turner (20 points, 9 rebonds), Young (13 points, 10 rebonds) et surtout Paul George (15 points, 7 rebonds). Et les Pacers réussissent à revenir à égalité et repasse devant à 1 min 30 du terme suite à un rebond de Thaddeus Young (102-100).

LeBron James n’entend pas se faire voler ce match et réussi à scorer un trois point sur la tête d’Indiana. Paul George aura l’occasion de repasser devant mais son tir derrière la ligne se terminera par un monstrueux « air ball » (5 sur 21 pour lui au tir ce soir). Cleveland conclut ce match et la série par un résultat une nouvelle fois au forceps.

Indiana n’a vraiment pas démérité durant cette série et la star hallucinante sorti par ESPN confirme cette observation : Indiana n’a perdu (en cumulé) que de 16 points sur les 4 matchs. Attention Cleveland, à force de se faire peur, les Cavaliers pourraient exploser face à une équipe plus performante qu’Indiana.

© Michael Conroy/Associated Press
Le Joueur :

Evidemment, The King a encore une fois été dominant dans ce match et sur l’ensemble de la série. A la hauteur de sa légende, il a permis, presque à lui seul, à Cleveland de se sortir du piège tendu par Indiana. Clutch au moment où il le fallait, LeBron James est le leader incontestable de la franchise et son niveau sera déterminant pour la prochaine phase car sans lui, Cleveland semble battre de l’aile.


Le Match :

Un troisième match de qualité a vue la victoire de Oklahoma d’une courte tête, le quatrième pourrait être décisif dans la série car en cas de victoire, Houston aura l’occasion de conclure au prochain match dans sa salle.

Un match qui commence bien pour le Thunder, les shooters ajustent la mire et la defense, en place, met à mal les assauts de Rockets moins efficace. A l’image d’un James Harden vraiment maladroit et parfois nonchalant dans sa manière de jouer. La raquette de Houston semble être le terrain de jeu de Oklahoma. Les passes arrivent rapidement sous le cercle et les joueurs n’ont plus qu’a conclure, la plupart du temps très facilement, leurs tirs. Les Thunder feront grimper l’avantage dans le premier quart-temps à 11 points.

Car Houston n’y arrive pas, pire que ça, ils se font martyriser en attaque. Oklahoma réussi dans la seule première période 14 contres. Accompagné par un bon Russel Westbrook (17 points, 10 rebonds, 10 passes à la mi-temps), Oklahoma active la deuxième vitesse et conserve une légère avance jusqu’à la fin du deuxième quart-temps. Mais Houston, bien qu’ultra-dominé, n’est jamais loin et les Thunder vont s’en mordre les doigts.

Malgré un troisième quart-temps une nouvelle fois extrêmement bien maitrisé de la part des locaux, le quatrième acte voir la physionomie du match changé de manière unilatéral. Les Rockets commencent à rentrer leurs tirs extérieurs et ce de manière insolente. Ils reviennent dans la partie et reprennent le dessus. C’est le coup de massue pour Oklahoma qui n’arrive pas à retrouver son efficacité défensive et le match glisse en direction d’une victoire de Houston.

Oklahoma a été extrêmement dominateur dans les trois premiers quart-temps, Westbrook (35 points, 14 rebonds, 14 passes), Adams (18 points, 7 rebonds) ou Roberson (13 points, 5 contres) ont permis à la franchise d’être performant mais c’est surtout la maladresse dans la transmission du ballon qui a couté le plus cher à Houston. Malgré le nombre de contres impressionnant, les Rockets n’ont jamais été loin et les pertes de balles ont couté cher. Du moment qu’ils ont réussi à régler ce problème, leur jeu s’est étoffé et les Thunder n’ont pu que les observer jouer.

Le retour à Houston devrait pouvoir sceller la série si Oklahoma n’arrive pas à maintenir une pression défensive constante et à réadapter son jeu durant la partie. Du côté des Rockets, ils devront être efficace sur la totalité de la rencontre pour se voir remporter une victoire facile.

© AP Photos
Le Joueur :

Quand la star James Harden (16 points, 7 rebonds, 8 passes, 5 sur 16 au tir, 0 sur 7 à 3pts) et les titulaires sont moins efficace qu’à l’accoutumé, ce sont les joueurs du banc qui accompagnent l’équipe. Seulement trois remplaçants utilisés, mais des statistiques hallucinantes pour le trio Nêné, Lou Williams et Eric Gordon. Respectivement : 28 points, 10 rebonds, 100 % au shoot – 18 points, 7 rebonds – 18 points, 8 rebonds pour une troisième victoire pour Houston en playoffs.


Le Match :

La très belle réaction de Boston lors du dernier match permet aux Celtics de se présenter avec l’occasion de reprendre l’avantage du terrain dés le match 5. Sans Rajon Rondo, les Bulls doivent trouver le moyen de contrer les assauts des C’s et de remettre un pied à l’étrier offensivement.

Le premier quart-temps tourne largement à l’avantage des visiteurs, qui grâce à l’impact de son meneur Isaiah Thomas, distribuent bien le ballon et prennent de l’avance sur des Bulls un peu endormi. Une dizaine de points acquis rapidement qui resteront à ce niveau là jusqu’à la fin des 12 premières mi-temps, 30 à 18 pour Boston.

Dans le second acte, Boston dérouler, sans accroc. Chicago résiste et ne rompt pas. Ils se quittent sur une avantage quasi similaire à la fin de ce quart-temps. Mais les Bulls rentrent très bien dans la deuxième mi-temps et grapillent du terrain sur des Celtics qui eux sont rester dans les vestiaires. Sous l’impulsion de Jimmy Butler (33 points, 9 passes, 5 rebonds), Chicago revient dans le match et repasse en tête.

C’est à ce moment là que Isaiah Thomas reprend son rôle de leader et permet à son équipe de réagir et de scorer un 12 – 0 pour récupérer une avance convenable pour les Celtics. S’en suit un quatrième quart-temps qui ne change pas la physionomie du match. Après leur coup de feu dans le début de la deuxième période, les Bulls n’y sont plus et laisse les Celtics conclure.

Un match qui permet à Boston de recoller au score et de se donner l’occasion de reculer l’avantage lors du prochain match. Au vue du jeu proposé, Chicago a du pain sur la planche pour résoudre le problème de l’absence de son meneur titulaire. Avec des Celtics qui prennent feu rapidement, les Bulls devront se montrer vigilant lors des prochains matchs pour ne pas voir la franchise des maillots verts réussir à conclure la série par un 4-2.

© Mike Dinovo, USA TODAY Sports
Le Joueur :

Bien que n’étant pas, selon ses mots, mentalement et émotionnellement présent dans la série, Isaiah Thomas a montré une nouvelle fois tout l’étendue de son talent. Auteur de 33 points, il a accéléré au bon moment et, bien accompagné par Al Horford (15 points, 12 rebonds), a donné à Boston une victoire décisive pour sa franchise et de se redonner l’avantage du terrain.


Le Match :

Rudy Gobert est de retour et le moins que l’on puisse dire que c’est qu’il la fait avec la manière. Cette série est aussi la série des blessures, Griffin out pour les playoffs, c’est Gordon Heyward, malade, qui n’est que peu présent ce soir.

L’ensemble du match a été un constant changement d’avantage entre les deux franchises. D’un côté comme de l’autre, les équipes se rendent coup pour coup. L’écart ne grandissant jamais à plus de 7 points lors de la première période. Les Jazz sont bien accompagné, une nouvelle fois, par le vétéran Joe Johnson (28 points, 5 passes, 5 rebonds) mais les Clippers résistent sous l’impulsion de l’autre vétéran Jamal Crawford (25 points, 5 sur 7 à trois points). C’est d’ailleurs la franchise du Jazz qui virent en tête à la pause sur le score de 55 – 52.

Mais Los Angeles réagit, et grâce encore une fois au vétéran qu’est Chris Paul (27 points, 12 rebonds, 9 passes) reprennent avantage jusqu’au milieu du quatrième quart. C’est le moment choisit par la bande à Gobert pour reprendre son dû. Et c’est à nouveau Johnson qui sonne la charge et permet à Utah de recoller et de repasser devant.

Bien accompagné par le retour de leur pivot Rudy Gobert (15 points, 13 rebonds), la franchise de Quin Snyder prend même un avantage fatal à Los Angeles de 9 points. Ce match sera une nouvelle fois le symbole d’une rencontre âpre et disputée. Les deux équipes ayant la farouche ambition de grimper au prochain tour de ces playoffs, les rencontres à venir seront surement sous haute tension.

De plus, le jeu proposé par les deux formations laissent aussi entendre de la qualité de ces prochains matchs. Est-ce que la blessure de Blake Griffin va mettre un coup de frein à la franchise des Clippers? et Est-ce que le retour de la paire Heyward / Gobert va donner un tournant décisif à une série déjà marquée par l’explosion des vétérans comme Johnson, Paul ou Crawford?

© Chris Nicoll-USA TODAY Sports
Le Joueur :

Bien que discret, un joueur a cependant montré tout son talent dans la transmission du ballon et dans sa présence sur le terrain. En suppléant Gordon Heyward, Joe Ingles réalise une belle performance ce soir. Responsable de 11 passes décisives, il ajoute également à sa ligne statistique 8 points et 6 rebonds.

Programme de la nuit : 
Toronto – Milwaukee (2-2) / 01:00
Atlanta – Washington (1-2)/ 02:00

Portland – Golden State (0-3) / 04:30