Le Match :

Atlanta a retrouvé des couleurs depuis le début de la serie. Ce match dans sa salle de la Philips Arena peut être longue pour les Wizards s’ils n’arrivent pas à contenir les assauts d’Atlanta défensivement.

Les Hawks se trouvent rapidement dominés. Athletiquement, l’équipe de Mike Budenholzer ne prend pas la mesure de leurs adversaires du soir. Malgré un Dwight Howard au niveau (9 points, 7 rebonds) seulement lors du premier quart-temps, Atlanta voir Washington virer en tête dans un match toujours marqué par l’intensité et la tension entre les deux équipes. A l’image de l’altercation entre Bradley Beal et Kent Bazemore.

La réussite au tir est, en tout les cas, du côté de Washington (53% contre 47% pour Atlanta) et les shoots rentrent. Les Hawks sont brouillons et ne sont pas en place défensivement. Seul Paul Millsap (31 points, 10 rebonds, 7 passes) semble être au dessus sur la première période. Les Wizards accélèrent dans les dernières minutes du deuxième quart-temps et compteront 19 points d’avance à la fin de ce dernier.

Au retour des vestiaires, Washington comptera jusqu’à 22 points d’avance, mais les joueurs vont petit à petit se relâcher pour voir un Atlanta, emmené par un Schroder (26 points, 10 passes) qui n’en demandait pas tant, revenir à 3 points des Wizards. Atlanta est en feu comme sa salle qui est au bord de l’explosion.

Mais il fallait une nouvelle fois parier sur un réveil de John Wall pour redonner un allant certain aux Wizards. Au terme d’une contre attaque d’Atlanta, il revient pour s’élever et contrer Schroder qui avait dans ses mains le panier pour revenir à un point. Encore une fois décisif, Wall annihile les espoirs des Hawks en rentrant ses shoots suivant pour redonner de l’avantage à Washington et terminer le match sur un 22 – 9 en faveur des visiteurs.

0 sec, c’est le temps que Atlanta a mené sur l’ensemble de la rencontre. De quoi permettre à Washington de se diriger tout droit vers les demi-finales de Conférence pour y rencontrer le vainqueur du match entre Boston et Chicago plus tard dans la nuit.

© Jason Getz-USA TODAY Sports
Le Joueur :

Encore une fois c’est le duo de Washington qui a permis à la franchise de s’imposer. Bradley Beal (31 points) et John Wall (42 points, 8 passes) ont encore mis le feu sur le parquet d’Atlanta. Avec ces deux là en feu, il sera bien difficile à leurs adversaires de pouvoir espérer rivaliser.


Le Match :

Que l’absence de Rajon Rondo a fait mal à la franchise de Chicago depuis le début des playoffs. Sans son meneur titulaire, les Bulls ont encaissé un cinglant 0 – 3 face à des Celtics revigorés. Boston compte d’ailleurs profiter de cette blessure pour clôturer un premier tour de playoffs bien mal engagé.

La franchise des hommes en vert commence bien son match. Bien emmené par un Isaiah Thomas des grands soirs, Boston prend de l’avance sur Chicago. Les locaux ont vraiment du mal à mettre leur jeu en place et malgré la présence de leurs supporters, ils butent sur une défense des Celtics extrêmement en place (7 interceptions, 5 contres) et leur réussite au tir s’en fait ressentir (38%).

L’écart entre les deux formations ne cessent de grandir et malgré un sursaut d’orgueil dans la fin du deuxième quart-temps, le mal est fait. Chicago sombre de plus en plus dans sa salle et Boston ne semble pas avoir envie de laisser ce match lui filer entre les doigts. Les efforts déployés par les Bulls sont vain, les Celtics ne lâcheront rien.

L’écart grandit jusqu’à 30 points d’avance dans le troisième quart-temps, même le banc de Boston participe à la fête, à l’image de Terry Rozier qui réalise une belle rentrée (9 points, 2 rebonds, 2 passes en 22 minutes). Une avance qui se stabilise et qui diminue légèrement en fin de match, mais le mal est fait.

Les supporters commencent à quitter le United Center, Chicago ne fut qu’une ombre dans ce match 6 des playoffs. Jimmy Butler (23 points, 7 rebonds) et Dwayne Wade (2 points à 1/10, 3 rebonds, 3 passes) sont à l’image du naufrage au pire des moments pour les Bulls. Boston a livré une belle prestation dans l’ensemble et a retrouvé le jeu qui lui a permis de conquérir la première place de la Conférence Est.

© David Banks-USA TODAY Sports
Le Joueur :

La prestation individuelle revient au cinq majeur de Boston (Thomas/Bradley/Crowder/Green/Horford) qui a été éclatant dans cette rencontre. Bien que n’ayant pas fait face à une grande équipe adverse, les cinq joueurs ont été appliqués et ont fait le job pour remporter le match décisif de la série.


Le Match :

Les Utah Jazz ont l’occasion inespérée de pouvoir conclure brillaient une serie qui s’annonçait compliquée face aux Los Angeles Clippers. Devant leur public, le Jazz compte sur sa tour de défense, Rudy Gobert, pour mettre à mal la raquette adverse, toujours privée de Blake Griffin.

Le premier quart-temps montre les faiblesses sous le cercle et au poste cinq de Los Angeles. Gobert récupère les rebonds offensifs et marque sans subir trop de pressing. Bien emmené par Gordon Hayward (31 points, 8 rebonds), Utah prend une dizaine de points d’avance sur leurs adversaires quelques peu endormi en ce début de match.

Mais Los Angeles ne va pas tarder à se réveiller par l’intermédiaire d’un bon Mbah A Moute (13 points, 5 rebonds). Le second quart-temps est une enchaînement de changement d’avantage : 7 au compteur, auxquels il sera possible d’ajouter 8 égalités. Mais à ce petit jeu, Utah semble ne pas prendre toute la mesure de ce match.

Le retour des vestiaires voit un Utah conquérant mais trop maladroit. Chris Paul permet à Los Angeles de prendre quelques points d’avance. Etouffé par le rythme offensif utilisé par leurs adversaires, les Jazz n’y arrivent plus et se font maintenant dominé par DeAndre Jordan (13 points, 18 rebonds) dans la raquette qui fait souffrir Rudy Gobert (15 points, 9 rebonds) au poste.

Malgré un début de quatrième quart-temps accroché, Chris Paul distribue bien le jeu pour permettre à sa franchise de s’assurer l’avantage au score. La petite accélération des locaux en fin de match ne permettra pas de renverser la rencontre. Les Clippers s’imposent et égalisent dans la série.

Avantage Clippers dans ce match-up. Dans une série revenue à égalité 3-3, le match 7 à Los Angeles devrait donner une carte en plus dans le jeu de la bande de Chris Paul. La prestation de ce soir fut solide et ils ont su laisser passer l’orage au bon moment sans subir le jeu extérieur de Utah.

© Chris Nicoll-USA TODAY Sports
Le Joueur :

L’eternel Chris Paul a encore une fois démontré à quel point il aimait jouer les matchs de playoffs. 29 points et 8 rebonds pour lui, ce qui permet à sa franchise de revenir à égalité à quelques jours du match 7. Avec un meneur à ce niveau, Los Angeles ne devrait pas avoir du mal à conclure la série.