En tête d’affiche de cette dixième journée de championnat, l’inévitable Classico entre Marseille et Paris. L’occasion pour certain d’exacerber la rivalité entre les deux clubs et pour les joueurs de se livrer une bataille dans un match déjà annoncé comme l’un des plus déséquilibrés de l’histoire. Sur les autres pelouses de la Ligue 1 Conforama, des surprises, une mania infligé et un limogeage annoncé de Hinschberger. Le technicien français paie le très mauvais début de saison du FC Metz un temps malchanceux mais désormais inquiétant.

LE MATCH

Le Classico, cette rencontre si particulière pour les fans de football en France. La rivalité historique entre Marseille et Paris qui se joue sur les terrains mais également en dehors au grand dam de certains. D’un côté, les marseillais de Rudy Garcia se présentent comme une équipe avec certaines lacunes mais une réussite retrouvée lors des derniers matchs. De l’autre, le PSG et ses stars désirent conserver leur invincibilité en Ligue 1 mais également de ramener la victoire dans ce match si particulier.

Le match débute sur les chapeaux de roues. Le jeu est assez fluide et les parisiens sont surpris par le pressing haut des marseillais. Les olympiens dérangent les transmissions de balles parisiennes et les hommes de Unai Emery ne trouvent pas la solution pour percer efficacement le bloc marseillais bien regroupé devant le but de Steve Mandanda.

La première banderille est plantée par l’homme en forme dans ce match, Luiz Gustavo. Servi à 30 mètres du but, il décoche une frappe qui vient se loger dans les filets de Alphonse Areola, impuissant. Marseille prend les devants et joue un football très alléchant. (1-0, 16′).

©L’EQUIPE

Car c’est bien l’une des informations de la rencontre, à l’image de Dijon la semaine dernière, les parisiens sont dérangés par les équipes qui pressent haut et qui se battent le couteau entre les dents. Le jeu collectif parisien ne fonctionnant pas, ils jouent la carte des individualités, encore un échec, et les ballons sont perdus irrémédiablement.

Neymar va cependant prendre son équipe sur ces épaules. Il s’infiltre dans la défense marseillaise et place sa frappe dans le petit filet de la cage de Mandanda. Paris revient dans la rencontre grâce à sa star brésilienne (1-1, 33′). Et les deux formations se quittent à la mi-temps suite à une belle partie de football.

Au retour des vestiaires, le PSG est encore bousculé par des marseillais qui semblent ne rien vouloir lâcher. Ce début de seconde période est marquée par le penalty non sifflé par l’arbitre suite à une main évidente dans la surface de réparation de Amavi. L’arbitre centrale étant mal placé pour voir l’action, son assistant, par contre, l’avait sous les yeux. Un fait de jeu qui aurait pu faire basculer la rencontre.

Les marseillais attendent que les parisiens buttent sur leurs défenses pour pouvoir contrer. Clinton N’jie, rentré récemment dans la partie se dispute le ballon avec Rabiot à l’entrée de la surface, le récupère, effectue un centre parfait qui trouve Thauvin. L’attaquant marseillais place une frappe parfaite et fait à nouveau chavirer le Vélodrome en fusion (2-1, 78′).

©L’EQUIPE

La rencontre va être également marquée par un carton rouge infligé à Neymar par l’arbitre suite à une poussette sur Ocampos, qui en a rajouté. L’attaquant brésilien, muselé toute la rencontre régit sous la frustration et les nombreux coups qu’il a reçu sur l’ensemble de la rencontre. Une nouvelle fois, les marseillais font tourner le match à leur avantage.

Alors que la rencontre se dirige vers une première défaite parisienne, Cavani obtient une faute près de la surface de réparation et prend la décision de tirer le coup-franc. Chef-d’oeuvre de l’uruguayen qui place sa frappe sous la lucarne de Mandanda, surpris. Les parisiens sont revenus dans la partie (2-2, 93′).

Les deux formations se quittent après une formidable partie marquée par l’envie des marseillais et la difficulté dans le jeu des parisiens. Paris reste en tête de la Ligue 1 et Marseille continue sur sa belle dynamique.

LE JOUEUR

Dans le carton plein de cette dixième journée, difficile de ne pas voir la performance de Memphis Depay. Face à Troyes, les lyonnais auront attendu longtemps avant de trouver la solution. L’attaquant néerlandais, en difficulté depuis le début de la saison, a fait parler la poudre.

©OL TWITTER

Un triplé parfaitement réalisé dont un but sur penalty. Memphis Depay aurait même pu marquer plus de buts mais le portier troyen devait en avoir assez de se prendre autant de but. Le lyonnais reprend du poil du lion et se relance dans le classement des buteurs.

LES TOPS ET FLOPS

LES RESULTATS

SAINT-ETIENNE 0-1 MONTPELLIER
MONACO 2-0 CAEN
AMIENS 1-0 BORDEAUX
ANGERS 0-1 TOULOUSE
METZ 1-2 DIJON
NANTES 2-1 GUINGAMP
RENNES 1-0 LILLE
NICE 1-2 STRASBOURG
TROYES 0-5 LYON
MARSEILLE 2-2 PARIS